frères et soeurs

Publié le par Phypa

b b intello police scolaire r duit

Voilà , ce sont les vacances scolaires, et P'Tit Gars et Miss Puce n'arrêtent pas de se chamailler.
L'occasion de ressortir un livre de Marcel RUFO  "Frères et soeurs, une maladie d'amour".
Moi qui suis fille unique, je l'avais acheté lorsque j'avais rencontré mon mari et que je tentais de comprendre ses relations avec sa petite soeur. (malgré la lecture du livre, je n'ai d'ailleurs toujours pas tout compris)
Parce que dès que les enfants sont debout, les chamailleries commencent, à propos de tout et n'importe quoi, et alors que je me faisais une joie de passer du temps avec eux, je me retrouve à leur râler tout le temps dessus !
Voici ce que dit Marcel Ruffo : " La fratrie se construit sur une relation affective imposée. Celle-ci , comme dans la plupart des formes d'attachement, s'établit sur la quotidienneté, les choses partagées : les lieux de vie, les repas, le fait que chacun puisse reconnaître le parfum d'un parent croisé dans le couloir ou dans la salle de bains. Les attachements naissent donc de l'expérimentation prolongée et des expériences répétées."
Bon les moments sympas partagés, je vote pour à fond. C'est quasi le thème de ce blog.
Il dit aussi "Le partage est aussi un élément important de la constitution de la fratrie. Nous verrons que celui de l'amour des parents est pratiquement impossible, mais celui des objets est tout aussi difficile."
Oui ça je le ressens, d'ailleurs tous deux me reprochent alternativement  d'être plus gentil avec l'autre, de lui avoir acheté quelque chose et pas à lui.
En discutant un peu, ils acceptent que OK P'Tit Gars est d'accord pour ne pas avoir du vernis à ongle en même temps que sa soeur, et Miss Puce qu'elle n'est pas franchement fan du ballon de foot aux couleurs de tous les drapeaux du monde ramené à P'Tit Gars.)
Bon mais il paraît que cela a un bon coté, puisque Marcel nous dit aussi "Les parents ne doivent pas oublier , même dans les moments difficiles, que la rivalité, c'est aussi la compétition qui aide les enfants d'une même fratrie à grandir".
C'est vrai que depuis que P'Tit Gars a appris à lire, Miss Puce se sent obligée d'en savoir plus :-))
Je crois qu'il faut se résigner sur certains points à avoir un peu tout faux quoi qu'on fasse, c'est normal.
" Si j'ai un autre conseil a donner aux parents, c'est de faire en sorte que l'ainé vive comme un enfant de son âge, et pas plus. Il faut l'autoriser parfois à être petit, c'est la meilleure prévention contre des troubles futurs. Il a le droit d'avoir peur, d'être fatigué, de croire au Père Noël ou de pleurer quand il a mal."
Et là je reconnais que j'ai beaucoup plus de mal à accepter les régressions de Miss Puce que de P'Tit Gars et que c'est pô juste.
Je crois que je vais devoir relire attentivement les chapitres :
Aîné et cadet : à chaque rang son avantage
Frère et soeur : rivalité des genres
Le jeu des préférences : l'amour sans partage
L'ado et la fratrie
A suivre
Ce sera ma participation aux vendredis intellos de Mme Déjantée.

Publié dans Education

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

ecureuilbleu 04/11/2011 14:46


Mes deux fils ne faisaient que se chamailler jusqu'à ce qu'ils deviennent adultes, pour un rien. En plus ils font la même taille et le petit piquait les affaires de son frère. Maintenant ça va
mieux et ils s'adorent. Bisous et bon courage avec Ptit Gars et Miss Puce !


Phypa 04/11/2011 22:32



Il faudrait arriver à avoir des moments privilégiés avec chacun, mais ce n'est vraiment pas facile.


En même temps, j'ai bien conscience que nous vivons de beaux moments en famille.


Bisous.