Pourquoi il faut soutenir Kokopelli

Publié le par Phypa

Pourquoi il faut soutenir Kokopelli

Cette image a été publiée en juillet 2011 dans un article du national geographic intitulé "le frigo du monde".

 

L'article explique comment ces dernières décénies, l'industrialisation de l'agriculture a conduit à selectionner et limiter les espèces cultivées pour ce qui concerne les plantes, et les espèces élevées pour ce qui concerne les animaux d'élevage.

 

Or dans le contexte d'accroissement de la population et de changement climatiques, on a besoin d'espèces capables de s'adapter, et la meilleure façon de s'adapter est de cultiver la diversité génétique.

Il y a dans l'histoire de nombreux exemples de famines en lien avec une monoculture, comme par exemples en Irlande à partir de 1845, lorsque la pomme de terre lumper succomba au mildiou.

A contrario, au Pérou et en Bolivie, les cultivateurs plantent de nombreuses espèces de pommes de terre dans des endroits différents.

Pourquoi il faut soutenir Kokopelli

Qui est Kokopelli ?

 

Voici sa présentation sur son site :

Kokopelli est une association à but non lucratif, fondée en 1999 par Dominique et Sofy Guillet, et qui a pris le relais de Terre de Semences et du Jardin Botanique de la Mhotte fondés, dans l'Allier, respectivement en 1992 et en 1994.

Les militants de l’association œuvrent pour la Libération de la Semence et de l’Humus et la Protection de la Biodiversité alimentaire, en rassemblant tous ceux et toutes celles qui souhaitent préserver le droit de semer librement des semences potagères et céréalières, de variétés anciennes ou modernes, libres de droits et reproductibles. Et en rassemblant aussi tous ceux et toutes celles qui souhaitent continuer à chuchoter, à l’oreille de leurs voisins, les recettes des purins de plantes (ortie, prêle...) et d'autres ingrédients naturels et peu onéreux, sans se voir accusés de concurrence déloyale envers les multinationales vendeuses de poisons, celles qui s'auto-qualifient de "sciences de la vie", celles-là même qui détruisent inexorablement et impunément la biosphère, incluant l'humanité, depuis des dizaines d'années, celles-là même qui ont fait de notre belle planète, la Terre, une poubelle génératrice de cancers.

Certes certains propos sont peut-être excessifs. Mais la conservation et l'échange des semences est dans le contexte de monopole exercé par les grandes firmes de semenciers  plus que nécessaire, et devrait être encouragée.

 

Un proces oppose Kokopelli et le semencier "Graine Baumaux" qui a porté plainte pour concurence déloyale .

Pour plus de détails, lire ce qu'en dit l'association Kokopelli sur son site ici

 

Il faut dire que la législation européenne au prétexte d'exigences de qualité impose que ne soient commercialisées que des semences répertoriées sur le catalogue officiel.

La disparition des espèces vivrères montrée par l'infographie publiée par le national géographic montre combien ce serait absurde de limiter les semences au catalogue actuel.

 

L'article du National Geographic en lien ici.

Sur le site du ngm (en anglais)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

éureuil bleu 22/07/2013 21:36

Encore un bel article, Pascale. Je n'avais pas conscience de la diminution des variétés de semences. Bisous

Phypa 22/07/2013 23:13

Moi non plus avant de lire cet article du NGM. Je trouve cela effrayant. Bisous.