Violence à l'école

Publié le par Phypa

  bagarre-copie-1.jpg
Mardi sur France Info, un reportage m'a tiré l'oreille : il s'agit de la violence scolaire, qu'on imagine plutôt à partir du collge, mais qui sévit dès le primaire.
 
 
 
 
Près de 13 000 écoliers de classes de CE2, CM1 et CM2, de toutes régions et territoires, ont été interviewés, dans un cadre méthodologique scientifique, faisant de cette recherche une première en France.
L'enquete a été menés par Eric Debarbieux, chercheur et directeur de l’Observatoire International de la Violence à l’Ecole, et Georges Fotinos, ancien inspecteur général de l’Education nationale et membre du Conseil d’administration de l’UNICEF France.
Il résulte que si la grande majorité des enfants aiment l’école et s’y sentent bien, une part minoritaire mais importante s’y déclare victime de violences récurrentes et de harcèlement physique et verbal. Pour plus de 10% d’enfants, l’école est un lieu de souffrance(s). On connaît la gravité des conséquences psychosociales des violences sur de si jeunes individus, en construction, encore si fragiles.
 
Le rapport complet est un peu hardu, on y trouve les tableaux suivants :
 
violence1
violence-2.jpg
violence3.jpg
violence4.jpg
violence5.jpg
violence6.jpg
violence7.jpg
 
 
Ce qui ressort aussi de l'enquete est que ce sont fréquement les même élèves, harcelés, qui subissent les différentes sortes de violence.
 
Ce sont aussi les élèves harcelés qui s'adonnent le plus aux jeux dangereux .
 
Le rappport conlut qu'il est nécessaire de réaliser des campagnes de sensibilisation par les médias, les associations, et mettre en place des actions de formation pour reconnaître les harcèlements à l'école.
Il faut aussi prévoir des actions à très long terme.
 
Quand on lit tous ces chiffres, on a bien sûr peur pour nos enfants.
Pour ma part ,je peste toujours beaucoup sur l'absence de surveillance par les adultes dans le cadre scolaire.
Des punitions tombent, mais comme les adultes n'ont rien vu et se fient aux dire des enfants, ce n'est pas toujours juste, ce qui est contre- productif.
 
Je crois que le principal besoin des enfants est qu'on leur porte une attention authentique assortie d'un regard bienveillant. Que les bêtises soient sanctionnées avec justice.
Que les adultes référents donnent l'exemple.
 
Bon y a du boulot !

 

Publié dans Education

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article