VendredisIntellos - La grande mascarade

Publié le par Phypa

la-grande-mascarade.jpg

En introduction une citation de Platon :"L'ignorance de soi est une ignorance qui s'ignore, la pire donc"
Cela aurait presque pu alimenter un vendredi intello, mais à 23h45, je ne vais tout de même pas faire ça à Mme Déjantée :-))
Bon finalement, si, sur le fil , ce sera une participation aux Vendredis Intellos.
 
Ce livre raconte l'histoire de Sidney, trente ans, qui reçoit un lettre qu'elle s'est écrite elle-même à l'âge de 10ans et qui commence ainsi :
"Chère Sidney,
Tu es maintenant grande , et il y a juste toi qui peut nous sauver. J'ai dix ans et je sais maintenant que je ne peux rester moi-même. Il faut que je me transforme parce que je veux faire ma place dans ma famille, dans ma classe, avec mes amis. Peut-être que tu vas être fâchée contre moi d'vaoir fait ce que j'ai fait, mais je n'ai plus le choixet je sens que je n'ai plus beaucoup de temps.
Alors voilà. j'ai choisi quatre traits de caractère qui ne sont pas à moi. J'y ai pensé longtemps. Ce sont des comportements qui vont nous protéger du rejet et nous aider à être acceptée et aimées."
Et la suite raconte comment Sidney, embourbée dans une vie qui ne lui convient pas, part à la recherche de ses 4 masques pour redevenir elle-même, retrouver une part de l'enfant qu'elle a été.
 
C'est un roman, mais on ne peut s'empêcher de penser : et moi est-ce que je porte des masques pour me faire accepter ?
Je crois que oui, nous devons tous masquer des pans de nous-mêmes en fonction des circonstances et des personnes qui nous entourent.
D'un certain côté , c'est nécessaire à une vie en société.
Si chacun faisiat à chaque instant ce qui lui passe par la tête sans jamais se soucier du regard des autres, et finalement sans aucune attention aux autres, ce serait vite insupportable.
Mais jusqu'où faut-il accepter de renoncer à soi-même pour être acceptable ?
Sûrement pas jusqu'à l'étouffement , et sûrement pas en permanence.
Conserver un minimum de recul dans son univers professionnel, se préserver des importuns est une chose, ne jamais pouvoir être soi-même avec personne est invivable.
 
Et qu'un enfant se sente obligé de transformer complètement sa personnalité pour être accepté a quelque chose de poignant.
D'une certaine façon, il abandonne complètement son enfance.
Cela semble quand même correspondre à un sacré manque de confiance en soi.
Au final, on en revient toujours là : la confiance en soi, l'estime de soi qui nous permet de nous confronter au regard des autres en restant fidèles à nous-mêmes, et que nous voudrions tant que nos enfants développent. (un sujet déjà abordé ici)
Le cas de Sidney est un peu caricatural, dans la description du mal être familial qui conduit ses parents à exiger d'elle la perfection, mais on peut reconnaître en partie la pression qui conduit les parents à exiger de leur enfant de se conformer à une norme ou à un idéal qui ne lui convient pas.
La meilleure solution est peut-être de laisser s'exprimer l'enfant qui est en nous, nos enfants en garderont sûrement quelque chose ...

Publié dans Livres

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Mme Déjantée 24/09/2011 10:31


Ben tu vois, VI ou non je suis quand même là... et t'as raison, ça aurait pu le faire... carrément même!! Tu peux même le rajouter si tu veux!!
Cela me fait penser à l'article de Top-produit-bébé d'il y a quelques semaines où elle parlait des enfants "doués"... je n'aime pas trop ce terme mais il y était question d'enfants qui s'oubliaient
et se niaient eux mêmes pour se fondre dans l'unique identité attendue par leur entourage...Je pense aussi aux réflexions que nous avons mené sur la communication non-violente, qui malgré certaines
imperfections, a le mérite de s'interroger sur le droit de l'enfant à ressentir, à éprouver les émotions d'une manière personnelle, et finalement de son droit à être lui même et à être respecté en
tant que tel...
Alors, je t'intègre au débrief??


Phypa 24/09/2011 14:41

S'il est encore temps OK Je peux faire un post dans les VI aujourd'hui