Instinct maternel ?

Publié le par Phypa

Ce sera ma contribution au 2d volet des vendredis intellos de Mme Déjantée.
 
 
Je suis plutôt convaincue par le livre d’Elisabeth Badinter « L’Amour en plus » sorti en 1980, et qui déjà à l’époque a fait grand débat : voir l’extrait de l’émission de Bernard Pivot ici.
 
Il est couramment admis qu’aimer son enfant est naturel, instinctif.
Et surtout, l’opinion générale est incapable d’admettre qu’une mère puisse ne pas aimer son enfant.
 
Le livre d’Elisabeth Badinter démontre pourtant qu’au XVIIe siècle beaucoup de mères, surtout en milieu urbain, s’occupaient très peu de leurs enfants.
Dès la naissance, ils étaient mis en nourrice, ce qui contribuait à la forte mortalité infantile de l’époque, et ensuite confiés à un précepteur, on un internat ou le couvent.
Une des hypothèses avancée est qu’on avait beaucoup d’enfants, que beaucoup mourraient bébés, et qu’il ne fallait donc pas trop s’y attacher.
Les femmes pauvres n’avaient pas non plus beaucoup de choix, car elles devaient travailler, et l’enfant n’était qu’une charge, une bouche de plus à nourrir alors qu’elles mêmes n’avaient rien.
Et pour les femmes qui en auraient eu les moyens, s’occuper des ses enfants était inconvenant. Il fallait rester à la disposition de son mari.
C’est au XVIIIe siècle, qu’avec Les Lumières, et le mythe de la « Bonne Nature », que les femmes ont été enjointes à s’occuper de leurs bébés, et notamment à les allaiter, pour faire baisser la mortalité infantile. Les nourrices, même si leur nombre a diminué, ont perduré jusqu’à l’invention de la pasteurisation à la fin du XIXe siècle, qui a permis de leur donner des biberons de lait de vache.
Et c’est au XIXe siècle que le rôle maternel de supervision de la maison et des enfants s’est développé. C’était le programme décidé par Napoléon des les maisons d’éducation de la Légion d’Honneur, réservées aux filles souvent orphelines de ses soldats méritants.
 
D’après l’article de wikipedia intitulé « amour maternel », Elisabeth Badinter n’est pas seule à défendre la thèse que l’attention portée aux enfants a varié selon les modes et les époques.
Aujourd’hui la pression sur les femmes reste forte, c’est un (encore !) l’objet d’un livre d’Elisabeth Badinter : Le conflit. déjà présenté ici (oui je suis une fan :-))
 
Entre les histoires de déni de grossesse très médiatisées avec l'affaire Véronique Courjault, et les diverses publications psy, on perçoit bien que l’amour n’est pas automatique, que la préparation hormonale biologique certes prévue par la nature pour la survie de l’espèce, ne suffit pas, tant nous sommes des animaux sociaux.
 
Mais finalement, l’amour, le lien, qui nourrit nos enfants et dont nous avons tous besoin, qu’est-ce que c’est ?
On pourrait parler de « Sous le signe du lien » de Boris Cyrulnik, puis les phénomènes de résilience, de la théorie de l’attachement, et de bien d’autres choses, mais ce sera pour une autre fois !

Publié dans Education

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

écureuil bleu 22/07/2011 21:06


Ton article est très intéressant et je vais lire la suite...


Mme Déjantée 22/07/2011 15:37


Une seule question me taraude:
L'invention tardive et contextuelle de l'instinct maternel impliquerait une reconnaissance également tardive de la notion d'Enfance...ce qui à mon sens à été depuis remis en question... J'espère
pouvoir t'en dire plus long ce soir!!!


Phypa 22/07/2011 20:01



Je crois que cela ne fait pas si longtemps (au moins en médecine) qu'on ne considère par l'enfant comme un adulte en miniature.


J'ai lu aussi quelque part (à retrouver pour un prochain vendredi ?) qu'on considérait l'enfant comme un petit animal à dresser.


Encore des discussions en perspective.


Bon courage pour ce soir en tout cas !



Mme Déjantée 20/07/2011 22:14


Juste un petit commentaire (avant d'y revenir plus longuement vendredi!!) pour savoir s'il te semblerait envisageable de nous mettre un court extrait du livre pour accompagner tes propos... ??? Il
me semble important que nous ne perdions pas, lors de ces Vendredis Intellos, la trace du texte original...(peut être n'ais-je pas repéré où te le citait dans ton billet??)


Phypa 21/07/2011 13:58

Pas très sûre d'avoir le temps d'ici demain ...

leboableu 20/07/2011 15:53


aimer son enfant c'est instinctif mais ce que je pense c'est que notre société occidentale a, à un moment de son histoire, occulté cette idée... parce qu'il fallait répprimer toute forme de
sentiment...


Phypa 21/07/2011 19:18



Ben non justement, c'est pas si instinctif que ça : les ours polaires mâle, du fait de la fonte de la banquise, et du manque de nourriture accessible se mettent à manger leurs petits. :-(


Et les hamsters font de même lorsqu'ils ne reconnaissent plus leur odeur, si nous les avons touchés.


En effet , les hormones nous conditionnent en principe pour nous occuper de nos petits, mais les aléas de la vie ont parfois plus de poids.